Le quart de siècle du Borussia Loyers

26 février 2017 - 12:25

Alors que le Borussia Loyers a vu le jour un peu par hasard en début d’année 1991, son avenir s’inscrit sous forme de point d’interrogation.

Durant l’été 1990, à la recherche d’une équipe pour compléter son tournoi, Tshimanga, le célèbre «sorcier» du futsal namurois, contacta des joueurs de foot de l’US Loyers, afin de savoir s’ils pouvaient le dépanner. Les jeunes Loyersois remportèrent ledit tournoi.

Avec la perspective de la création toute proche d’un hall omnisports à Loyers, l’idée de fonder un club de mini-foot germa doucement. Et, le 12 janvier, une petite dizaine de jeunes se réunirent afin de définir les contours du nouveau-né. Un consensus fut vite trouvé. Le club se dénommerait MFC Borussia Loyers 91 et évoluerait en vert et noir (en référence au Borussia Mönchengladbach). Profitant de l’opportunité de reprendre un club en panne d’effectifs, les Loyersois purent récupérer le matricule du Traffic Namur 88 et entamer ainsi en deuxième provinciale LFFS. Dès 1992, une deuxième équipe était créée et alignée dans la nouvelle compétition organisée par l’URBSFA, tandis que l’équipe A terminait en position montante à la Ligue. Un choix s’imposait alors entre les deux championnats. Les dirigeants optèrent pour l’URBSFA. L’équipe B quitta alors le club pour s’en aller fonder A.B. Loyers United.

Sept années fastes

La cuvée 1993-94 allait se révéler fastueuse pour les troupes du président Alain Schlit. L’équipe A décrocha les lauriers provinciaux, tandis que la nouvelle équipe réserve était sacrée championne de sa série.

L’équipe fanion était ainsi partie pour sept saisons consécutives en N3 puis en N4, tandis que le nombre d’équipes alignées passait rapidement à trois, puis quatre en 1998, lorsque le Borussia engloba le vieux club de Gemini, actif à la Ligue. Via cette association, le club faisait ainsi son retour à la LFFS avec deux de ses quatre équipes.

La saison 2000-2001, celle du dixième anniversaire, allait s’avérer néfaste pour l’équipe A qui chutait en P1, puis même en P2, cinq ans plus tard. Retrouvant la P1 dès la saison suivante, les Béliers (surnom qui trouve son origine dans le sponsoring d’un restaurant étoilé de Lives-sur-Meuse) allaient passer plusieurs saisons tranquilles au sein de l’élite provinciale.

En 2013, grâce à leur place de vice-champions, les Loyersois retrouvaient la Nationale 3 (leur niveau actuel), tout en alignant cinq équipes.

Un comité de deux personnes!

L’avenir du club s’inscrit sous forme de point d’interrogation. En effet, si chacune des cinq équipes compte un ou des responsables, le comité ne compte plus que deux personnes (dont Serge Henry), dont une occupant tous les postes exécutifs. Si quelques cadres ne renforcent pas la structure centrale, l’histoire pourrait s’arrêter à plus ou moins court terme…

Ce vendredi (21 h 15), les Borussen accueillent Anhée. «Il n’est jamais facile d’aller jouer là-bas. Ce derby est toujours assez tendu», reconnaît le coach mosan, Sébastien Droussin.

L'Avenir, 27/1/2017

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 4 Dirigeants
  • 2 Entraîneurs
  • 39 Joueurs
  • 3 Supporters