M.F.C. Borussia Loyers '91 : site officiel du club de foot de Loyers - footeo

Le Borussia Loyers fête ses 30 ans

14 janvier 2021 - 17:55

Ce mardi 12 janvier, le Mini-Football Club Borussia Loyers a soufflé ses 30 bougies. Et des fondateurs et dirigeants du premier matricule lancé donc en 1991, il ne reste plus que Serge Henry. « Cela est déjà le cas depuis longtemps », souligne celui qui est C.Q. et trésorier. « C’est un peu propre à notre club mais aussi au football en salle en général, quand les gens arrêtent de jouer, ils ne s’investissent plus. » Aujourd’hui, Serge Henry est le seul véritable comitard actif du club. « Quand on a fait cette première réunion chez moi il y a 30 ans où j’ai proposé les couleurs, le nom et le logo (ndlr : en référence au club de foot allemand qu’il supporte, Mönchengladbach), on était jeune et on savait que cette histoire allait au moins durer quelques années mais je ne pensais pas aussi longtemps.
On est aujourd’hui un des plus gros clubs de la province avec 100 membres, cinq équipes messieurs et une chez les dames. On est le plus ancien club de foot en salle de la Ville de Namur et le seul à l’heure actuelle en Nationale. Et on doit être le 4 e plus vieux matricule du Namurois. C’est déjà un beau petit CV. Je ne dirais pas que je suis fier, mais en tout cas satisfait du chemin parcouru. »  

« On ne paye pas les joueurs »  

Plusieurs beaux résultats sportifs ont aussi été décrochés, le tout sans argent. « On ne paye pas les joueurs chez nous. On leur demande simplement 30 euros de cotisation. 23 sont reversés à la Fédération. Avec les sept euros restants, cela paye les affiliations des coaches et délégués, à qui on ne demande rien pour services rendus. Notre situation financière a toujours été plus que sereine. Même la crise ici avec le Covid n’a pas de réels impacts sur nos finances. » En 30 ans, il y a eu forcément de chouettes souvenirs. « Le plus beau pour moi, c’était notre premier titre de P1, à l’Union Belge, en 94 et notre première montée en Nationale alors qu’on avait été battu en finale de la Coupe. On n’était que des gars de Loyers. On jouait tous au football à côté, on était à l’unif et avant cela, on avait tous un club de mini-foot différent. On avait commencé directement en P2 à la Ligue en reprenant le matricule du club où j’étais affilié, le Traffic Namur. On avait ainsi gagné deux ans car à la base, on pensait partir de P4. » Le club, qui a également absorbé le Gemini, a connu plusieurs années les séries de l’Union Belge, qu’il a définitivement quittée en 2005. « J’ai été content dans les deux fédérations. Les deux sont bien organisées et financièrement, c’est kif-kif. Cela a toujours été plus pour des raisons pratiques qu’on était passé de l’une à l’autre, ou que nous étions en même temps des deux côtés. »  

Les deux meilleurs joueurs de l’histoire du club   Si de nombreux joueurs ont porté les couleurs du Borussia Loyers en 30 ans, Serge en retient surtout deux. « Il y a Julien Martin qui nous avait rejoints au début des années 2000. C’était un jeune d’Erpent qui avait fait ses classes de jeunes au Standard. C’était un OVNI, il nous faisait gagner les matches à lui tout seul. Il avait aussi une mentalité exemplaire. Le deuxième, c’est le regretté William Holvoet. Techniquement, c’était une machine, il dribblait tout le monde. »  

Le club pourra-t-il atteindre les 50 ans d’existence et devenir Royal ?   « Pas avec moi en tout cas. Je ne vais pas tenir jusqu’à 73 ans (rires). J’arrive déjà au bout de ma motivation. Encore dernièrement, j’ai proposé aux membres de faire des T-shirt au prix coûtant pour les 30 ans du club. J’ai à peine eu dix réponses… Les mentalités ont évolué. Dans le temps, on avait un noyau de 10-12 joueurs pour l’équipe première et c’était suffisant. Aujourd’hui, il faut avoir un effectif de plus de 20 joueurs pour être 6 le vendredi. Les joueurs viennent surtout pour passer du bon temps, moins pour performer. Du coup, on doit lutter à chaque fois pour le maintien en D3, c’est usant. L’avantage ici si la saison blanche se confirme, c’est qu’on se sauvera alors qu’on est lanterne rouge. J’ai aussi l’impression parfois qu’il y a cinq clubs dans le club. Chaque équipe ne se préoccupe plus des autres. Je pense que si j’arrête, le club, c’est fini, sauf si quelqu’un venait à reprendre le matricule », conclut l’ex-gardien qui dépanne encore de temps à autre dans l’équipe de P4 du club.  


La Meuse Namur - 14/1/2021 - Vincent Chenot

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 4 Dirigeants
  • 2 Entraîneurs
  • 50 Joueurs
  • 4 Supporters